Ces applications mobiles qui cherchent à stimuler un peu plus nos sens : L’application diffuseuse d’odeurs

Image

Le marketing sensoriel toujours aussi présent, les designers et développeurs vont plus loin dans les applications Smartphones : des innovations qui pourraient bien vous inciter encore plus à l’achat. En effet, il est maintenant possible avec certaines applications d’envoyer des SMS parfumés ou bien de sniffer le menu d’un restaurant grâce à vos téléphones.

 Le SMS parfumé : le PMS, peut maintenant être envoyé grâce à l’o Phone, un générateur d’odeur. 10 000 parfums sont disponibles. La seule condition est que votre destinateur soit également muni de ce générateur d’odeur.

Dès que vous recevrez ce message, l’application activera une cartouche d’odeur qui libèrera ainsi la fragrance sélectionnée. Encore à l’état de prototype, cette application sera disponible dès la rentrée prochaine. Selon David Edward, gérant du laboratoire qui l’a développé, cette l’application olfactive n’est pas uniquement lancée à des fins commerciales. En effet, il explique que c’est une façon de surmonter les barrières de la langue, des cultures et des espèces entre elles.

D’autres entreprises se sont aussi lancées dans cette nouvelle tendance notamment en créant une application « réveil » sensée nous sortir du sommeil grâce à la diffusion d’odeur de bacon . Cette application ne sera cependant pas commercialisée.

Un autre produit à été créé : la machine à capturer les odeurs. Il suffit de placer l’objet sous une cloche reliée à une machine qui va aspirer l’odeur et la transformer sous forme liquide. Le laboratoire pourra ainsi grâce aux molécules contenues dans la fiole reproduire l’odeur.

Image

Les entreprises sont toujours autant soucieuses de développer des produits à la pointe de la technologie. Dans une société où l’innovation domine, le consommateur doit lui-même se mettre au gout du jour. C’est une des raisons pour laquelle ces applications finiront toutes être commercialisées et vendues.

Pour être honnête, je suis un peu dépassé par tout ça. Du point de vue de future marketeuse voir peut-être même neuromarketeuse, je trouve ces applications très bien pensées. Surtout que le sens olfactif est celui le moins contrôlable car la fragrance est directement envoyée dans la zone corticale préfrontale du cerveau.

Cependant, du point de vue de consommatrice, je trouve que ces applications relèvent plus de la manipulation que de l’innovation. Créer un jus stimulant pour le consommateur me paraît normal car c’est le but premier du parfum. Une application mobile n’à elle pas pour but stimuler notre sens olfactif. Le marketing émotionnel est déjà beaucoup utilisé. Je pense donc qu’il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin.

 

Pauline Renversé 

Sources : scoop.it

 

 

Publicités
Image

THE ANTIKAL PROJECT

Passage-pieton-cree-buzz-produit-menager-F

Superbe video réalisée par l’Agence Passe Piéton, place Colette à Paris le 24 Février 2014.

Sous les yeux de tous les passants subjugués, un sculpteur réalise une oeuvre à partir d’un énorme bloc de calcaire qu’il va tailler avec ses outils. Le sculpteur va surtout peaufiner les détails de son oeuvre avec son spray Antikal anti-calcaire sous les yeux d’une réplique du penseur de Rodin. Le but de cette vidéo est très clair : montrer à chaque passant qu’il peut être l’artiste de sa salle de bain. La marque montre que grâce à son action anti-calcaire, le produit peut métamorphoser les salles de bain en incontestables oeuvres d’art.

Comme nous l’avons vu dans un article précédant dans le blog, la publicité interactive ou le marketing participatif est en plein essor, mais Antikal, leader français des produits ménagers anti-calcaire, est la première marque de produits ménagers à utiliser ce système de communication en réalisant son tout premier film sur la toile.

Cette vidéo a été un réel succès puisque deux semaines après son lancement, elle comptait plus de 180 000 vues à travers le digital.

Nous pouvons notamment faire un lien et repenser à la « Contrexperience » de Nestlé Waters en 2011 qui a marqué nos esprits, vidéo faisant participer les passants volontaires, sous l’œil d’autres passants, moins audacieux dans la rue.Petit rappel en photo:

Contrexperience-8-604x403

Cette retransmission de l’événement participatif sous forme de reportage renvoie de la crédibilité à la marque, autant pour la bouteille Contrex que pour le produit Antikal. De plus, ces marques ont vraiment compris que le marketing viral  indispensable à leur stratégie de modernisation.  Ces marques ont voulu se distinguer de leurs concurrents, dont les campagnes restent « classiques » via les médias traditionnels, et ont voulu rajeunir leur image de marque en jouant sur l’humour et en faisant passer le consommateur de simple spectateur à véritable acteur. Ces nouvelles videos, diffusés sur le net et donc à faible budget font le buzz à coup sûr.

 

 

Sources :

Minutebuzz.com

Cbenews.fr

Multivu.com

Fubiz.net

Chasseurdebuzz.com

 

Alice Fergon

Quand la technologie entre dans notre intimité…

Image

On a tous déjà imaginé ce à quoi pourrait ressembler notre petit chez nous, notre maison dans le futur… Et ce futur pourrait être bien plus proche qu’il n’y paraît au regard des innovations qui fleurissent dans le domaine. Les scénaristes et réalisateurs de films eux aussi ont déjà songé à cet environnement futuriste: Steven Spielberg dans Minority Report, Fritz Lang avec son Metropolis ou Luc Besson avec le Cinquième élément. Cette année, le réalisateur Spike Jonze nous comte une histoire d’amour entre un homme et … un système d’exploitation. Situé dans un futur proche à Los Angeles, le film ne nous projette pas dans un futur anxiogène mais plutôt dans une anticipation peu exagérée de notre présent : une société de consommation rongée par la mutation des relations entre les individus et la solitude. Il faut l’admettre : la technologie entrera dans nos maisons, dans nos pensées et, sait-on jamais, dans notre vie sentimentale?

Notre intérieur va subir de plein fouet une mutation grâce au développement de la technologie domotique. Tout d’abord, un étudiant de l’université du Queensland aux Etats-Unis a mis au point une ampoule… qui flotte dans les airs. En effet, dans quelques années, plus besoin de bricoler pour cacher les fils électriques, notre source de lumière lévitera. De même, nos écrans tactiles ne seront plus de simples surfaces plates mais souples et flexibles. Ce film baptisé Xsense dispose d’un potentiel d’usages infini : sur la surface courbée d’une cafetière, pour une calculatrice, pour le tableau de bord d’une voiture ou un smartphone incurvé. Selon la société créatrice Atmel, la consommation d’énergie serait réduite, les capteurs seraient moins sensibles aux parasites et moins coûteux à produire. Et la technologie s’installe aussi dans notre salle de bain avec le développement d’un miroir interactif où nous pourrons consulter les infos du jour ou la météo. Il s’agit en fait d’une vitre semi-transparente placé sous un écran LCD. A la question « miroir, miroir, dis moi qui est la plus belle ? », miroir répondra. D’après la société japonaise Seraku corporation, ce nouvel objet sera dans un premier temps installer dans des lieux publics comme des salons d’exposition ou à des fins publicitaires avant de rentrer dans nos foyers.

Notre odorat lui aussi va être sollicité notamment via un système de diffuseur olfactif synchronisé sur les séquences d’un film. En effet, grâce à un logiciel baptisé « See-Nez », l’appareil, associé à un Home-cinéma, pourra vous immerger encore plus dans l’univers du film que vous regardez. « L’odoravision », inventé par la société française Olf-action (COCORICO), contient également un épurateur d’air afin de ne pas laisser se mélanger toute sorte d’odeurs dans la pièce. A terme, ce système pourrait être installé dans les salles obscures mais vous pouvez d’hors et déjà l’acquérir pour un usage privé pour la petite somme de 1782€. Notre nez va également pouvoir nous indiquer l’heure dans le futur. Une étudiante en design à la New School de New York a mis au point une montre qui diffuse des parfums et odeurs bien spécifiques à des moments de la journée : le café le matin, les livres anciens pour le travail, le savon de Marseille à l’heure de la douche ou la camomille pour plonger dans les bras de Morphée. Le high tech s’invite dans notre lit également via un masque de sommeil intelligent baptisé Zizz qui analysera notre rythme de sommeil afin de nous programmer notre heure de coucher et de lever pour un dodo réparateur.

Image

Enfin, la technologie va venir à notre secours dans divers domaines. Le premier stylo intelligent « Lernstift » vient à notre rescousse pour rédiger sur le traditionnel bout de papier : équipé d’un mini ordinateur, du wifi et d’un détecteur de mouvements, il vibre une fois pour une faute de grammaire, deux fois pour une faute d’orthographe. Finis les dictionnaires et les appels d’urgence à Bernard Pivot ! Last but not least, la société américaine Apigy a mis au point LA révolution à mes yeux : la serrure sans clé. Finies les longues heures d’attente devant votre porte d’entrée, vous n’aurez plus qu’à la verrouiller et surtout la déverrouiller grâce à votre smartphone et l’application qui lui est dédiée.

Somme toute, la révolution technologique n’est pas prête de s’achever et nous sommes encore loin d’imaginer quelles idées novatrices sont en train de bouillir dans les cerveaux des designers ou ingénieurs. Pour conclure, foncez au cinéma voir Her. Ce film avec le talentueux Joaquin Phoenix et rythmé par la douce voix de Scarlett Johanson nous amène à réfléchir à notre rapport à la technologie mais aussi à l’évolution des interactions entre les individus de plus en plus solitaires. A ne pas louper !

 

Joaquin Phoenix plays Theodore in the romantic drama “Her,” directed by Spike Jonze.

 

Agathe PRUNEVIEILLE

Ampoule flottante Ecran souple Miroir interactif Diffuseur d’odeurs films Montre olfactive Stylo intelligent Serrure sans clé Masque de sommeil

Bande annonce Her

Conférence sur le digital emotionnel, la tendance des interfaces

Image

La société MIRATECH est venue présenter au salon e-marketing une conférence sur le digital émotionnel.

Le marketing émotionnel étant très utilisé sur tous les médias, Jérémie ESKENAZI fondateur de MIRATECH nous à démontré que ce marketing émotionnel est également présent sur le digital puisque la majorité des entreprises qui possèdent un site internet l’utilise.

La grande question de cette conférence était de savoir ce qu’est le digital émotionnel mais surtout de connaître les différentes formes qu’il a sur l’interface digital.

Très difficile à définir, le digital émotionnel est une tendance dans la création d’objet ou d’interface qui cherche à proposer une expérience utilisateur enrichie. En effet, le but étant d’engager l’utilisateur sur l’interface en créant un véritable dialogue entre le site et l’internaute. Il pourra ainsi ressentir un maximum d’émotions.

Une étude de neurobiologie a montré que les émotions impactent directement sur le processus de mémorisation. Voilà pourquoi une grande majorité des sites utilisent de l’émotionnel.

Pour créer de l’émotionnel, le site doit créer un véritable univers graphique. De grandes images doivent être présentent sur le site ce qui attirent automatiquement l’attention. Beaucoup de sites utilisent l’humanisation des photos qui est un très bon moyen de mettre en avant des produits. Il est très important de ne pas couper l’émotion.

Image

Les images doivent toutes avoir du sens, une phrase d’accroche est aussi un bon moyen d’attirer l’attention et de marquer les esprits. Beaucoup de sites internet font apparaître des photos dépourvues de sens qui provoque chez l’internaute une non compréhension du site dans son ensemble.

Actuellement, une des grandes tendances du digital émotionnel est le flat design : de grandes images à bord carré.

Toujours dans une volonté de marquer les esprits grâce aux visuels, le texte ne doit être que très limité. Les images parlent d’elles même et la plupart du temps le texte est inutile.

Le ton est une autre composante du digital marketing, mais il est essentiel d’employer un ton cohérent avec sa cible. Si le site emploi un ton inadapté, cela risque d’irriter la cible et ainsi provoquer un effet émotionnel dilué.

Avec des techniques comme le no scroll (site qui prend tout l’écran), les animations, la gamification (utilisation des codes de jeux vidéo pour rendre l’interface ludique), la 3D, et la personnalisation du produit, les entreprises ont de quoi susciter de l’émotion sur leur interface.

 D’un point de vue personnel, je trouve le marketing émotionnel, sensoriel et expérentiel très intéréssant. Beaucoup de techniques sont misent en place pour attrayer le consommateur, le faire se sentir bien et ainsi provoquer l’achat ou même l’attachement à la marque. C’est dans une de ces disciplines du marketing que j’aimerais travailler notamment dans le retail en magasin. Quelle ambiance (son, lumière, odeur) mettre en place pour que le client se sente au mieux et propice à acheter ?

 

 Pauline Renversé

Source : Miratech.fr

 

Clic & Walk : LA nouvelle appli qui fait le buzz

Cette nouvelle application est clairement le nouvel outil marketing.

Cette application gratuite, créée en 2012 par une start up française, donne en temps réel une image d’une action marketing, via des photos, vidéos ou commentaires datés et localisés. Ces informations sont recueillies par les consommateurs à travers la plateforme du site, puis sont classées, compilées et synthétisées par Clic & Walk qui les transmet par la suite aux clients. Ce concept se veut très diversifié, en effet il compte comme client aussi bien Renault, Logitech, Franprix, Castorama, Ikea, Auchan, ou encore la Française des Jeux.

Comme l’a indiqué sa conceptrice, mère de 4 enfants, les utilisateurs de cette application sont payés à offrir des retours de consommateurs en temps réel: elle peut être utilisée pour donner son avis sur une marque, répondre à des questionnaires, prendre en photo ou en vidéo un produit dans un rayon ou un affichage en ville. C’est une appli hyper polyvalente et originale car elle a un côté ludique, en contrepartie, les  100 000 ClicWalkers reçoivent entre 3 et 10 euros par mission !  

Cette Start up se veut internationale : elle a déjà réuni plus de 20 000 utilisateurs au Royaume Uni et en Allemagne et souhaite maintenant s’attaquer à la Suisse. Son avenir est prometteur !

Je trouve ce nouveau concept très novateur et il se différencie des autres applis « banales » que l’on voit ou télécharge à longueur de journées. Cette maman a vraiment su s’imposer dans le monde digital, un monde en permanente mutation et la Start Up mérite son placement  dans le Top 10 des entreprises les plus innovantes du monde par le prestigieux Forum Netexplo.

Sources:

Relationclientmag.fr

Metronews.fr

emarketing.fr

clicandwalk.com

 

Alice Fergon

Image

L’autoroute du futur ? Le projet « Smart Highway »

Évoqué en 2012, le projet de l’autoroute phosphorescente du futur, lumineuse et interactive commence enfin à voir le jour.

Une autoroute nouvelle génération

Un projet très futuriste… avec des marquages au sol phosphorescents, un revêtement de la chaussée sensible à la température de l’air qui s’illumine quand celle-ci devient négative, des lampadaires qui s’allument seulement lorsque des voitures circulent sur la chaussée, un système qui avertirait les automobilistes des conditions météo notamment en cas de neige ou de givre…

Mais aussi écologique..! L’énergie de ces lampadaires est produite par des éoliennes actionnées par l’air déplacé des véhicules et les voitures électriques ont la chance de pouvoir recharger leur batterie, via un système d’induction, tout en roulant sur ce revêtement spécial de la chaussée.

Daan Roosegaarde, le concepteur de ces nouvelles autoroutes, expliquait il y a un an à WIRED -magazine américain concentré sur l’incidence de la technologie dans les domaines de la culture, de l’économie et de la politique-, « qu’il était temps pour les routes de devenir intelligentes. » Ce projet, imaginé et nommé « la route 66 du futur », est loin d’être complètement fini.

En effet, aujourd’hui, seule une portion de 500 mètres d’une autoroute des Pays Bas dispose de marquages au sol créés à l’aide d’une poudre photoluminescente ajoutée à la peinture.
Ces marques de couloirs fluorescents permettent aux automobilistes d’obtenir toutes sortes d’informations pendant la nuit. Le jour, ces mêmes bandes sont rechargées grâce à l’énergie solaire. Nous sommes encore loi du projet « Smart Highway » rêvé de Daan mais ce projet prend forme de jour en jour.

 

Sources:

Liberation.fr

Huffingtonpost.fr

Lalibre.be

 

Alice Fergon

Salon du E-marketing :

                                                                 Image

                    « Ce n’est pas l’espèce la plus forte, ni la plus intelligente qui survit mais celle qui s’adapte aux changements ».

                                    Telle pourrait être la devise du salon du e-marketing, tenu porte de Versailles début Avril.

Cette année c’était le Content Marketing qui avait le rôle principal du salon. Il est devenu aujourd’hui essentiel car les internautes cherchent, s’informent, lisent, regardent, publient, partagent. Effectivement, les contenus se multiplient et créer ainsi autant d’opportunités de référencement, de visibilité et de business.

C’est ce que ce Salon et ses exposants nous a appris cette année. Et oui, il faut utiliser une démarche SEO en permanence, créer du contenu, publier continuellement afin d’optimiser ses opportunités.

Dans le Hall 7.1 du Salon de Versailles on a également été amenés à s’informer sur la stratégie Client, c’est à dire la relation client et les études marketing.

A ce niveau là nous avons pu voir et comprendre, grâce aux diverses conférences et workshops tenus, que d’ici quelques années le système de la relation va changer du tout au tout.

Effectivement, par exemple la jeune entreprise, ALD Automotive nous expliquait, lors d’une conférence, son application directement en lien avec la relation client.

Cette jeune entreprise propose de prendre en charge le SAV des voitures de fonction, c’est à dire tout ce qui concerne l’entretien mais sensibilise également à comment conduire raisonnablement afin de réduire les dépenses en carburant.

La voiture est connectée à une plateforme et va l’informer dès qu’il faut changer ou entretenir un élément de la voiture. La plateforme enverra ensuite des membres de son équipe directement où la voiture se trouve, avec accord du propriétaire bien sur afin de remédier au problème.

Ainsi, ALD Automotive et son application rend la vie plus simple. C’est un véritable gain de temps. Et oui, déjà au lieu de prendre le temps de comprendre ce qui se passe avec notre voiture nous en sommes informés directement et, en plus de cela, on vient directement à nous pour tout régler.

Ceci serait donc impossible sans les nouvelles technologies… Même si parfois elles peuvent me faire peur, je pense qu’on est tous d’accord… Elles facilitent quand même beaucoup la vie !!

Victoria Soulier 

http://www.emarketingparis.com/

http://www.commentcamarche.net/contents/1267-referencement-naturel-seo

« One-to-many, one-to-one mais surtout, le one-to-crowd « 

Image

Se tenait la semaine dernière le salon du e-marketing au parc des Expositions à Paris. Pendant trois jours, plus de 300 exposants professionnels du marketing digital et de la relation client venaient à la rencontre d’environ 12 000 visiteurs. A cette occasion, j’ai pu assister à une conférence sur le thème du « crowd » (la foule et plus précisément la communauté). Quatre professionnels, issus de deux entreprises dont le concept se base sur le développement de ce phénomène, ont animé cette conférence.

L’agence Manifestory, spécialisée en communication relationnelle, a compris l’enjeu de ces communautés qui peuvent interagir instantanément et challenger les entreprises sur leur légitimité et leurs valeurs. Soon Soon Soon, quant à lui, se décrit comme un blog, un magazine et une communauté qui analyse les tendances et innovations actuelles pour mieux anticiper celles de demain. Son concept est basé sur du crowdsourcing, c’est-à-dire la contribution des internautes pour créer du contenu.

Les intervenants ont insisté sur l’aspect crucial pour les entreprises de capter ce phénomène de « crowd », de communauté afin d’adapter leur stratégie en matière de gestion de la relation client. En effet, le consommateur n’est plus à considérer seulement comme partie d’une cible marketing (le one-to-many) ni comme « un électron libre » (le one-to-one) mais, petit à petit, comme membre d’une communauté de gens avec qui il interagit. A l’heure du crowdsourcing, du crowdfunding, des market place, des réseaux sociaux voire d’une réelle consommation collaborative, est en train de se développer un nouveau mode de vie. L’enjeu pour les entreprises est de mieux cerner ce nouvel interlocuteur et, à terme, fédérer et animer sa propre communauté.

Comme l’ont expliqué ces professionnels, certains secteurs se prêtent plus que d’autres à ce type de dialogue mais l’objectif est de penser sa marque comme une plateforme d’échanges et à terme, une communauté qui induit un sentiment d’appartenance. A été cité l’exemple de la foire de Paris qui est un salon de particuliers pour des particuliers donc les exposants constituent une communauté de contributeurs et les visiteurs une communauté de « dénicheurs ». Ce terme « dénicheur » est repris dans la communication autour de l’évènement qui constitue un rassemblement de la communauté. Une marque comme Leroy Merlin a aussi compris l’enjeu du phénomène avec sa communauté de bricoleurs « semi-pro » pour laquelle elle a mise à disposition des « fablab », ateliers de fabrication. L’enseigne organise même jusqu’au 10 mai des  démonstrations en magasin autour de l’impression 3D. L’opérateur Orange surfe aussi sur cette vague avec sa démarche d’ « Open innovation » fondé sur le partage et la collaboration autour du développement des applications mobiles. La presse met aussi à contribution son audience avec l’arrivée en France du Huffington Post en 2012.

Image

Cette nouvelle façon de consommer et d’interagir qui a pu être créée grâce à Internet va révolutionner le domaine de la relation client. Il ne s’agira plus pour les community managers de seulement gérer et animer une page Facebook, un compte Twitter ou autre communauté virtuelle mais de la créer et d’entrer en contact avec elle.

Agathe PRUNEVIEILLE

SoonSoonSoon

Manifestory 

Open Innovation par Orange

Leroy Merlin et les imprimantes 3D

Soonoscope dédié au Crowd

Earth Hour et lutte contre la nomophobie, déconnectons-nous !

Image

Si vous aussi vous avez constamment votre chargeur de téléphone sur vous, si vous aussi vous angoissez lorsque vous voyez le fameux « 10% de batterie restante » ou si, finalement, vous aussi n’éteignez jamais votre téléphone portable, bienvenue dans la communauté des nomophobes !

La nomophobie, qu’est ce que c’est ? Ce terme, inventé au cours d’une étude menée en février 2008 par UK Post Office sur les comportements et angoisses des utilisateurs de téléphones mobiles, décrit la peur excessive d’être séparé de son cellulaire. Cette enquête a révélé que la « no mobile-phone phobia » touche près de 53% des utilisateurs britanniques. L’oubli ou le manque de batterie, crédit ou couverture réseau angoisse même plus de 76% des jeunes de 18 à 24 ans. Le 2 avril dernier, une jeune britannique de 16 ans a même du être extirpée d’une bouche d’égout par les pompiers car elle tentait de récupérer son précieux iPhone tombé dans le caniveau. St Graal qui, au final, était hors d’usage. Le stress induit par ce manque serait comparable à celui du trac éprouvé lors du jour de son mariage ou à une consultation chez le dentiste. Somme toute, rien de très alarmant, il s’agit d’une anxiété qualifiée de « banale ». Mais comment  en sommes-nous arrivés à consulter cet objet, qui semble parfois greffé à notre main, près de 156 fois par jour, soit en moyenne toutes les 6 minutes et 30 secondes? 

55% des interrogés ont cité le fait de garder le contact avec leurs proches comme étant la raison principale de ce stress et 10% ont déclaré qu’elles avaient besoin d’être joignables pour des raisons professionnelles. 83% des usagers français disent même « s’embêter » dans les transports s’ils n’ont pas leur téléphone. S’il y a dépendance, il est important de souligner qu’il n’y a pas dépendance à l’objet mais bel et bien à « l’autre ». L’objet, en l’occurrence le téléphone, n’est qu’un médium. Cette dépendance n’est, au fond, que la manifestation d’une incapacité à être seul. Ce phénomène passionnel n’appartient donc pas à un support propre et peut donc s’exprimer de diverses façons. Certains ont développé une addiction pour des mondes virtuels, d’autres pour des sites de rencontres ou encore pour les réseaux sociaux. Dans ce cas précis, cela s’apparente à une quête, constante, de reconnaissance et d’un retour de la part des autres.

Et ce phénomène, les marketeurs l’ont bien compris. Pour atteindre rapidement et précisément le consommateur, le SMS reste aujourd’hui le meilleur moyen. Ainsi un SMS est lu environ 4 minutes après son envoi tandis qu’un  email est consulté en moyenne dans les 48 heures suivantes. Ce qui rend la lecture des SMS environ 720 fois plus rapide que celle des mails. Etrangement, un individu recevant un SMS d’offre promotionnelle de la part d’une marque s’en sentira plus « proche » et sera plus à même de souhaiter en savoir plus. Le mobile marketing ou la m-publicité est certainement le domaine du secteur au plus fort potentiel de développement grâce aux multiples opportunités à explorer notamment avec des réseaux sociaux comme SnapChat qui délivrent des messages vidéos éphémères. 

Image

Lancée à l’initiative de WWF en 2008, la « earth hour » a pour objectif de mobiliser les consommateurs pour la lutte contre le réchauffement climatique et consiste à couper lumières et débrancher tout appareil électrique non essentiel pendant une durée d’une heure dans le monde entier. Développée dans 35 pays il y a 6 ans, le phénomène a pris de l’ampleur et l’édition 2014, qui s’est déroulée le samedi 29 mars, a connu un franc succès. A Paris, plus de 200 monuments parisiens ont été plongés dans le noir. A cette occasion, certains ont choisi de se déconnecter totalement en éteignant portables et ordinateurs. De même, chaque année depuis 13 ans, à l’occasion de la journée sans portable pour la St Gaston, plusieurs milliers de personnes testent leurs limites. Des témoignages de participants démontrent que les individus se sentent plus détendus et certains ont même la sensation d’avoir été en vacances pendant quelques heures pour les moins résistants.

Image

Et si on se déconnectait un peu ?

 

Agathe PRUNEVIEILLE

Sources: 

Article DailyMail Nomophobie

Etude Nomophobie

Earth hour

Fait divers jeune britannique

Vidéo BFM journée sans portable 

 

DigitalDream : plus qu’un écran publicitaire, un contenu émotionnel et impactant

Image

Unibail Rodamco a équipé toutes les colonnes architecturales du grand centre commercial de La Défense : Les 4 temps. Et il ne s’arrête pas là, en effet, il souhaite étendre ce digital indoor à fort impact dans tous les centres commerciaux européens les plus connus.Il consiste en l’installation d’un écran LCD vertical XXL associé à des bandeaux horizontaux LED.

Très bien pensé, ces écrans panoramiques qui viennent épouser les formes architecturales du centre commercial permettent une grande expérience d’achat. Le but étant de nous plonger dans un véritable univers qui stimule nos achats. Ce concept porte très bien son nom car en effet, en observant ces écrans nous pourrions croire être dans un monde de rêve. Par exemple des poissons très rares nous plongent dans l’univers océanique, des forêts tropicales nous plongent au cœur de la faune et la flore.

 Bien entendu cet écran panoramique est avant tout destiné aux annonceurs publicitaires. Les marques affichées ne sont pas nécessairement des marques présentent dans l’ensemble du centre commercial. La seule véritable exigence la régie publicitaire Play (la branche digital de Clear Channel) est portée sur la qualité de publicité de l’annonceur. Afin de garantir une certaine qualité, Clear Channel s’est donc associée avec movingDesign spécialisé en communication digital émotionnelle.

 Je suis assez impressionnée par tous ce que font les publicitaires afin de stimuler le consommateur. Le marketing sensoriel est de plus en plus utilisé. Il existe même des méthodes encore plus développée : le Neuromarketing.

Tout est étudié pour stimuler notre inconscient cognitif (émotion, mémoire, langage).

 En tant que consommatrice ou spectatrice je suis très sensible à l’atmosphère d’un point de vente. Cela stimule l’achat et donne une véritable expérience au consommateur. Toutes ces affiches sont étudiées minutieusement afin d’activer certaines zones du cerveau qui permet d’améliorer l’image de marque d’un annonceur.

 

http://vimeo.com/89316300

Sources : http://www.clearchannel.fr

Pauline Renversé